La mesure, de Domenico Pelini

 

La mesure de l’ourlet du pantalon
combien de vin verser dans le verre
la bonne quantité d’eau chaque jour
combien de folie insuffler dans la vie
combien de calme pour en goûter la chaleur

il y a une mesure en toute chose
mais quelle est-elle, ma douce, jamais nous ne le saurons

Trop d’amour ou trop peu imprimé dans la chair
quand elle crie ou se tait dans la soif
la fiole de la vie certes en contient une dose :
mais combien, ma douce, jamais nous ne le saurons

Le temps de la parole et celui du silence
le moment de baisser la tête ou de la relever
la reddition à l’horizon qui se fait plus ample :
quand ? quand, ma douce, jamais nous ne le saurons

Il y a un temps pour germer à vie nouvelle,
une heure pour cueillir les olives
les porter au moulin de l’amour
en verser dans l’huilier peu ou beaucoup :
combien, ma douce, jamais nous ne le saurons

S’offrir au soleil sans excès sans s’y brûler
y rester encore un peu pour le plaisir
nager en eaux profondes sans savoir
combien de courant et dans quelle direction

Laisser que la barbe s’embroussaille
la couper tantôt peu tantôt beaucoup
regarder les taches sur la main
pleurer ou rire ne pas savoir
aller chez le médecin du village
lui parler des anomalies
taire le reste, les vraies
et ne plus savoir si c’était ça
au juste qu’il fallait dire

il y a une mesure en toute chose
mais quelle est-elle, ma douce, jamais nous ne le saurons

 

[un poème de Domenico Pelini, traduit de l’italien par Silvia Guzzi]

 

 

La misura

La misura dell’orlo ai pantaloni
quanto vino versare nel bicchiere
la giusta dose d’acqua quotidiana
quanta follia soffiare nella vita
quanta quiete per accarezzarne il tepore

c’è una misura in ogni cosa
ma qual è, mia cara, mai noi lo sapremo

Troppo amore o troppo poco impresso nella carne
quando grida o sta muta nella sete
il fiasco della vita di certo ne contiene un tanto:
anche se quanto, mia cara, mai noi lo sapremo

Il tempo di parlare e di non farlo
il momento di chinare il capo o di rialzarlo
la resa all’orizzonte che si fa più ampio:
quando? quando, mia cara, mai noi lo sapremo

C’è un tempo per gemmare a nuova vita,
un’ora per raccogliere le olive
portarle al frantoio dell’amore
colarne nell’oliera poche o molte:
quanto, mia cara, mai noi lo sapremo

Offrirsi al sole il giusto che non bruci
restarci un po’di più per il piacere
nuotare in acque fonde senza sapere
quanta corrente e in quale direzione

Lasciare che la barba s’ispidisca
tagliarla a volte poco a volte molto
guardare le macchie sulla mano
piangere o ridere non sappiamo
andare dal medico del paese
raccontargli delle anomalie
tacergli il resto, quelle vere
e non sapere poi se era quello
ciò che veramente andava detto

c’è una misura in ogni cosa
ma qual è, mia cara, mai noi lo sapremo.

 
[di Domenico Pelini]