Rien d’autre, de Domenico Pelini

 

Il était trois heures du matin
j’avais quelque chose à dire
mais mon ombre traînait obstinée
dans la brume entre Chioggia et Pellestrina

Alors je restai en silence
attendant que le soleil se dépêche
de m’apporter un peu lumière

Comme il tardait
agacé je me levai
sans quitter le lit
divisé le sexe érigé
les yeux tournés au plafond
le visage serré entre les mains

Rien d’autre

Une ombre une autre
parce que la première
s’attardait encore dans la lagune
me prit par les cheveux
et me jeta à terre

Je me retrouvai face à face avec une pièce
tombée de ma poche la veille
parmi des flocons de poussière
tombés comme une mauvaise traduction
de neige du ciel

J’avais quelque chose à dire
mais un bouchon me fermait la gorge
les sons frappaient derrière une porte
indistincts comme des noms sans visage

Où ai-je mis les clés ?

Mais mon pantalon avait disparu
et la chaise était vide
un soupçon de lumière parvint
je me levai
une partie de moi encore sur le lit
et l’autre en mouvement déjà

à la lune était accrochée une couleur
le jaune d’un citron
et en bouche j’avais un épi
ce qu’il restait de la beauté
d’un champ de blé

la douleur se tenait à la fenêtre
à regarder les nuages passer
sans même se retourner
elle mit les clés en poche
et s’en alla

 

[un poème de Domenico Pelini, traduit de l’italien par Silvia Guzzi]

 

 

Null’altro

 

Erano le tre del mattino
avevo qualcosa da dire
ma la mia ombra indugiava ostinata
nella nebbia tra Chioggia e Pellestrina

Così restai in silenzio
attendendo che il sole si sbrigasse
a portarmi un poco di luce

Poiché tardava
spazientito mi alzai
senza staccarmi dal letto
diviso il sesso eretto
gli occhi rivolti verso il soffitto
le mani a conca sul viso

Null’altro

Un’ombra un’altra
perché la prima ancora
si attardava in laguna
mi afferrò per i capelli
facendomi cadere a terra

Mi trovai faccia a faccia con una moneta
caduta dalla tasca la sera prima
tra fiocchi di polvere
caduti come sciatta traduzione
di neve dal cielo

Avevo qualcosa da dire
ma un tappo ostruiva la gola
i suoni bussavano dietro una porta
indistinti come nomi senza una faccia

Dove ho messo le chiavi?

Ma i pantaloni non c’erano
e la sedia era vuota
arrivò un indizio di luce
mi alzai
parte di me ancora sopra il letto
e l’altra già in movimento

dalla luna pendeva un colore
il giallo di un limone
mentre in bocca avevo una spiga
di quel che restava dello splendore
di un campo di grano

il dolore se ne stava alla finestra
a guardare le nuvole passare
senza neppure voltarsi
si mise in tasca le chiavi
e se ne andò via

 

[di Domenico Pelini]